Suite à la promulgation en août 2015 de la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, dite « loi Macron », l’État a cédé en novembre 2016 toutes ses parts anciennement détenues dans Aéroports de Lyon. Désormais, la concession des aéroports Lyon-Bron et St-Exupéry est détenue par un consortium dirigé par Vinci Airport et ce, jusqu'en 2047.

Pendant la procédure nous avons alerté les pouvoirs publics sur le besoin d’exiger que les candidats fournissent des garanties environnementales et sanitaires précises. Notre demande n’a pas été entendue. Le cahier des charges s’est contenté de demander aux futurs repreneurs qu’ils joignent à leur offre « leurs vues » sur ces sujets.

L’Etat étant parti, ceux qui dénoncent l’augmentation déraisonnable des nuisances aériennes ont plus que jamais besoin du soutien des habitants pour continuer de peser dans les discussions avec l’aéroport.

  • Aucun commentaire trouvé